By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

ban.jpg

 

ACA_Titre_2020New.jpg

 

News

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝘁𝗿𝘂𝗰𝘁𝘂𝗿𝗲 𝗱’𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗳𝗮𝗰𝗲 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗲́𝗹𝗶𝘁𝗲𝘀 𝘀𝗰𝗶𝗲𝗻𝘁𝗶𝗳𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗹𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝘀𝗼𝗰𝗶𝗼𝗲́𝗰𝗼𝗻𝗼𝗺𝗶𝗾𝘂𝗲 ?

La publication scientifique reste la consécration ultime de l’effort de recherche académique. Véritable instrument de transmission des connaissances, elle matérialise les résultats de durs labeurs d’investigation tant dans les sciences dures que dans celles dites molles. De nombreux doctorants dans l’urgence de soutenir leur thèse, succombent à la tentation de brader leurs travaux en les soumettant à des revues à faible impact ou prédatrices. Par-delà la publication, le chercheur est confronté à la reconnaissance de la qualité de son travail, reflété par le nombre de citations et son h-index.

Nous avons compilé les 𝟲𝟳𝟴𝟴𝟯 𝗱𝗼𝗰𝘂𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗶𝗻𝗱𝗲𝘅𝗲́𝘀 dans le Web of Science (Thomson Reuters) pour faire ressortir la cartographie des chercheurs les plus publiants en Algérie. Les publications sont largement dominées par les sciences de l’ingénieur, les sciences médicales restant le parent pauvre. Il me plait de signaler que la première publication réalisée en Algérie et citée par le WoS a été l’œuvre du 𝗣𝗿𝗼𝗳. 𝗕𝗮𝗰𝗵𝗶𝗿 𝗠𝗘𝗡𝗧𝗢𝗨𝗥𝗜 (Allah yarahmou) parue en 1972 dans les Annales de Chirurgie sur le « Syndrome de Chilaiditi ». Le graphe donne une image des chercheurs les plus cités, il reste cependant difficile de décrypter les algorithmes de classification en l’absence d’une représentation 3D..

Le défi consiste aujourd’hui à développer les structures d’interface entre ces clusters de recherche académique animés par des compétences identifiées et le développement technologique en entreprise par le relais des incubateurs ou des parcs technologiques. Quelle stratégie adopter et comment la mettre en œuvre ? vos commentaires et contributions nous aideront à mieux assister la 𝗗𝗚𝗥𝗦𝗗𝗧, 𝗹’𝗔𝗡𝗣𝗧 et bien d’autres organismes..

Source  : https://www.facebook.com/cnrst.dz/